Le Grand Hôtel-Dieu, 900 ans de liens entre santé et alimentation

Construit au XIIe siècle par l’ordre des frères Pontifes en bordure du Rhône, l'Hôtel-Dieu de Lyon est l'un des plus grands bâtiments de la presqu'île lyonnaise. Les différentes transformations qui ont marqué son histoire n’ont jamais altéré sa vocation initiale : offrir de l’aide sanitaire et l’hospitalité aux plus nécessiteux.
Neuf siècles après sa construction, l’ancien hôpital, classé monument historique en 2011, se réinvente autour de nouveaux usages contemporains, dont la Cité de la gastronomie porte les mêmes valeurs d’ouverture, d’accueil et de partage.

Un voyage à travers son histoire pour comprendre le lieu

A l’hospital du pont du Rosne, bouillon reconstituant au menu !

Situé non loin du premier pont sur le Rhône construit à Lyon, l’Hôtel-Dieu naît au XIIe siècle pour accueillir les voyageurs, les pauvres, les pèlerins et les soldats blessés provenant d’Italie. A l’époque, pas de soins prodigués : repos et nourriture saine y sont offerts pour conserver la santé. Au fil des siècles, l’hôpital du « Pont du Rosne » s’agrandit, se dote d’une apothicairerie et d’une petite équipe médicale – un médecin et un barbier-chirurgien assistés par les sœurs hospitalières. Parmi eux, François Rabelais, attiré par Lyon pour faire imprimer notamment son célèbre Pantagruel, qui a occupé le poste de médecin de l’Hôtel-Dieu de 1532 à 1535.

Les malades de tous types, ainsi que les femmes enceintes et les enfants abandonnés, sont accueillis et alités dans la grande salle, de laquelle chacun peut voir la chapelle et recevoir les soins de l’âme.
La charité ne suffit plus à subvenir aux besoins de l’Hôtel-Dieu. En 1575, le passage des Bouchers ouvre, à l’emplacement de l’actuelle rue Childebert. Une grande boucherie, ainsi qu’une soixantaine de boutiques sont louées par l’hôpital : premières prémices de la dimension commerciale du lieu ! Les recettes sont cependant insuffisantes : la gestion de l’Hôtel-Dieu est confiée aux recteurs de la Ville en 1583, qui s’y impliquent très personnellement, y apportant leurs fonds propres.

Le Dôme des Quatre-Rangs, créé au XVIIe siècle

Le XVIIe siècle marque un tournant pour l’Hôtel-Dieu, qui s’agrandit à nouveau en suivant les innovations technologiques de l’époque, venues d’Italie. L’hôpital s’organise désormais en quatre grandes salles disposées en croix autour d’une chapelle centrale, abritée par un dôme. Innovation sanitaire qui permet non seulement de mieux séparer les malades, mais aussi de mieux faire circuler l’air, et avec lui, les miasmes… C’est sous ce Dôme des Quatre Rangs, partie la plus ancienne du Grand Hôtel-Dieu, que prend place la Cité Internationale de la Gastronomie.

Au XVIIIe siècle, Jacques-Germain Soufflot, architecte du Panthéon de Paris, est missionné pour agrandir l’hôpital, donnant ainsi naissance à la majestueuse façade côté Rhône. Le Grand Hôtel-Dieu devient l’un des plus beaux édifices de la Ville. En son rez-de-chaussée sont installées des boutiques, dont les loyers continuent à alimenter les caisses de l’hôpital. A cette époque est achevé le Grand Réfectoire, de près de 340 m2, réservé aux très nombreux personnels de l’hôpital, qui abrite aujourd’hui le restaurant du même nom.

Après la révolution française, les administrations du Grand Hôtel-Dieu et de l’hôpital voisin de la Charité fusionnent pour donner naissance, en 1802, aux Hospices Civils de Lyon. Le Grand Hôtel-Dieu devient alors un centre de médecine renommé, où de grandes innovations ont lieu : Etienne Destot y ouvre, grâce à l’intervention des frères Lumière qui lui ont fourni un tube de Crookes, le tout premier laboratoire de radiographie, quelques mois seulement après la découverte des rayons X ; Louis Leopold Ollier y a créé la chirurgie orthopédique moderne ; Marcel Mérieux y installe le premier laboratoire de biologie de la ville...

Aujourd’hui, place à la la Cité internationale de la gastronomie de Lyon.

Les HCL gèrent le Grand Hôtel Dieu jusqu’en 2010, date à laquelle ses fonctions sont transférées dans les hôpitaux, récents et plus modernes, du sud de Lyon. Le site historique ferme au public, le temps que des travaux de grande ampleur soient menés pour le réhabiliter.
Depuis avril 2018, le Grand Hôtel-Dieu a rouvert au public : shopping (dans l’une des vingt-cinq enseignes, dont les Halles du Grand Hôtel-Dieu, détente dans les cours et jardins, logements (800 m² du studio au T5), hôtel*****, centre de convention, bureaux…

En octobre 2019, l’ouverture de la Cité Internationale de la Gastronomie vient clore cette grande rénovation, et rendre au public la partie la plus ancienne du Grand Hôtel-Dieu : le dôme des Quatre Rangs. Visiter la Cité Internationale de la Gastronomie, c’est entrer au coeur de l’histoire de ce bâtiment monumental, dont l’engagement pour la santé et le bien-être continue de s’écrire avec une programmation dédiée à la nutrition et à la santé.

Au même titre que ce lieu qui a su vivre avec son temps et s’adapter au contexte politique, économique et technologique imposé par les grandes étapes de l’histoire de la France, la Cité Internationale de la Gastronomie est vouée à perpétuer cette tradition d’adaptation à travers un valeurs commune : l’excellence accessible à tous, proposant en ses murs une programmation variée et évolutive destinée à tous les publics.

Plus d’infos sur le Grand Hôtel-Dieu aujourd’hui : https://grand-hotel-dieu.com/

Votre vie privée est importante pour nous

Nos partenaires et nous utilisons des cookies sur notre site Web pour personnaliser le contenu et la publicité, fournir des fonctionnalités aux réseaux sociaux ou analyser notre trafic. En cliquant ici, vous consentez à l'utilisation de cette technologie sur notre site web. Vous pouvez changer d'avis et personnaliser votre consentement quand vous le souhaitez en retournant sur ce site.